Cette finance mon amie

2 min de lecture

En France, le Labo ESS met en avant les initiatives concrètes et les alternatives possibles à la finance internationale.

Salle de marché du NYSE avant l’introduction des écrans et de la cotation électronique

Salle de marché du NYSE avant l’introduction des écrans et de la cotation électronique

La finance est utile et nécessaire à l’économie. Tout dépend de la manière et des moyens qui sont utilisés afin d’atteindre les buts qu’elle vise. Créé en 2009, le laboratoire de l’économie sociale et solidaire s’inscrit comme un réservoir d’idées (Think Tank) rassemblant les initiatives et les alternatives dans ce domaine au niveau national. Le laboratoire pointe du doigt les dysfonctionnements du schéma de fonctionnement de la finance capitaliste et cherche à donner des alternatives concrètes à celle-ci.

L’économie sociale et solidaire s’appuie sur la mobilisation citoyenne et son ancrage territorial. Elle a pour but de donner un rôle central à L’Homme plutôt que celui de l’Etat ou du Capital. Elle favorise les circuits courts en économie et réoriente les plans de relance vers des projets durables et répondant aux besoins des territoires Un fonctionnement éthique et une gouvernance démocratique pour un projet d’utilité sociale qui veut s’inscrire au cœur des initiatives du Labo ESS. Ceci induit des services pour l’intérêt général sans poursuite d’un profit démesuré qui rendrait acteur des individus délaissés par la crise. Ce laboratoire a regroupé un grand nombre de personnalités telles que Stéphane Hessel, François Chérèque, Jean-Baptiste de Foucaud et bien d’autres.

Claude Alphandéry Labo ESS

Claude Alphandéry © Le Labo ESS

Force de propositions

Le projet Labo ESS conduit initialement par Claude Alphandéry, président du Labo ESS et président d’honneur de France Active, décline au travers de 50 propositions des alternatives à la finance pratiquée de nos jours. Disponible sur le site du laboratoire, propose de développer les innovations sociales, démocratiser la consommation responsable, de mettre en place de nouveaux indicateurs de richesse au niveau territorial, national et européen. Ces propositions ne cherchent pas à remplacer la finance actuelle mais invite à la faire évoluer en produisant, épargnant, consommant autrement en prenant en compte, de façon plus importante, le facteur humain et environnemental. Claude Alphandéry a passé le relai en 2014 à Hugues Sibille.


Vous avez aimé ❤ cette bonne nouvelle ? Alors offrez-moi un café ☕ ... et grâce à vous 😉 Lesgoodnews reste indépendant.


Dans un autre registre, voyagez loin, loin, loin avec ma saga Markind. ✨🚀📕📘⭐


 

Votez pour cette bonne nouvelle

Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr . Dans un autre registre, je suis auteur de science-fiction. Retrouvez aussi les romans de la saga Markind sur markind.fr .

Commentez cette bonne nouvelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.