La garde artistique de Môm’artre

4 min de lecture

En France, le réseau de lieux d’accueil Môm’artre propose un mode de garde d’enfants innovant, basé sur l’art, la culture et adapté à la vie urbaine.

momartre lesgoodnews © momartre

Conjuguer vie professionnelle ou personnelle et assurer l’épanouissement de ses enfants est souvent un défi au quotidien pour bon nombre de familles. Les contraintes varient selon que l’on soit en milieu rural ou urbain, parent isolé ou non et le monde du travail, parfois, s’impose. Lorsque Chantal Mainguené se retrouve seule pour élever ses enfants, elle se confronte à cette dure réalité. Ne trouvant pas de structure adaptée à ses amplitudes horaires et autres contraintes professionnelles ou non, elle décide de fonder, en septembre 2001, un lieu d’accueil pour les enfants de 4 à 12 ans. Le projet Môm’artre est né. Il doit répondre aux problèmes de budget, d’horaires et s’adapter aux contraintes des familles urbaines, avec une volonté de donner aux enfants une fin de journée récréative avec l’art comme cœur du projet. Le réseau de ces lieux d’accueil est animé par une équipe d’une quarantaine de personnes, à laquelle il faut ajouter bon nombre de bénévoles, de personnes effectuant leur service civique, leur BAFA et d’intervenants.

Pas le temps de tout lire ? Découvrez en 1 minute cette belle initiative

Des lieux d’accueil

Avant le passage aux ateliers, les enfants effectuent leurs devoirs. © Môm'artre

Avant le passage aux ateliers, les enfants effectuent leurs devoirs. © Môm’artre

Après l’école, les enfants sont récupérés et menés jusqu’à une antenne du réseau Môm’artre. Un goûter les attend. Une fois les devoirs accomplis, les enfants peuvent prendre possession de ce lieu d’épanouissement et d’ouverture culturelle. Ils rejoignent les différents ateliers mis à leur disposition qui leur permettent d’éveiller leur curiosité, d’expérimenter et de prendre confiance en eux. Cette garderie ouvre ses portes aux familles de 16h30 à 20h. Dans une optique de mixité sociale, ces lieux d’accueil sont ouverts à tous. Cependant, une priorité est donnée aux familles monoparentales, aux parents ayant des horaires tardifs ou décalés, de bas revenus ou ayant des temps de transports conséquents. Les tarifs sont basés sur les quotients familiaux. Les parents sont aussi amenés à participer à la vie du lieu. Tous les deux mois, ils peuvent participer aux « loisirs partagés » pour se retrouver autour d’une activité artistique commune avec les enfants. Ils doivent également adhérer à la charte dans laquelle il est demandé de sensibiliser leur enfants sur la pédagogie du réseau, de créer du lien, d’écouter, de captiver et inciter à la participation aux ateliers et de prolonger l’expérience à l’extérieur de Môm’artre.

Expression artistique

Les projets artistiques sont au cœur de la pédagogie du réseau © Môm'artre

Les projets artistiques sont au cœur de la pédagogie du réseau © Môm’artre

Les enfants sont invités à exprimer leur talent artistique via des ateliers animés par des bénévoles. Différents artistes interviennent régulièrement au sein du réseau. Ceux-ci sont choisis principalement localement afin d’assurer un meilleur suivi des projets artistiques. Pendant une heure et demie, les jeunes artistes en herbe sont accompagnés et leur travaux seront présentés aux parents au terme de sessions variant de six à huit semaines. Les projets artistiques s’orientent autour d’un thème et diverses formes d’art sont abordées. Les enfants apprennent à les mener de bout en bout. Via la réalisation des différentes œuvres, les mini-artistes découvrent différentes techniques artistiques, appréhendent le travail en volume, traduisent graphiquement les émotions et la découverte des 5 sens, apprennent à accepter les différences de l’autre, à utiliser l’objet en tant que source créative, à travailler à plusieurs mains. Un vernissage est mis en place à chaque veille de vacances. Celui-ci permet à tous les acteurs de ce lieu d’accueil de se retrouver autour des œuvres de leur mini-Morisot, mini-Ball ou mini-Rodin. Cela retisse du lien social et valorise l’engagement des enfants, mais aussi des bénévoles et artistes participants. Mais les talents artistiques ne s’arrêtent pas à la porte du réseau Môm’artre et les parents peuvent poursuivre l’initiation à la maison. Les enfants sont sensibilisés à l’art et en garde un souvenir à long terme.

  • "Vague" réalisation d'une composition collective sur le thème des 5 éléments par groupe de 3 à 5 enfants pendant l'atelier  "Peinture et musique" © Môm'artre
    "Vague" réalisation d'une composition collective sur le thème des 5 éléments par groupe de 3 à 5 enfants pendant l'atelier "Peinture et musique" © Môm'artre
  • "Pots de fleurs" atelier modelage parents/enfants à Môm'artre, dans le 18ème © Môm'artre
    "Pots de fleurs" atelier modelage parents/enfants à Môm'artre, dans le 18ème © Môm'artre
  • "Cadavre exquis" composition collective remplie par les enfants, qui donne un dessin unique aux multiples facettes © Môm'artre
    "Cadavre exquis" composition collective remplie par les enfants, qui donne un dessin unique aux multiples facettes © Môm'artre
  • "immeubles" réalisé pendant l'atelier intitulé "Villes nomades" à Môm'Ganne dans le 20ème © Môm'artre
    "Immeubles" réalisé pendant l'atelier intitulé "Villes nomades" à Môm'Ganne dans le 20ème © Môm'artre
  • Les enfants imaginent leur animal totémique. Réalisation d’abord individuelle puis collective © Môm'artre
    Les enfants imaginent leur animal totémique. Réalisation d’abord individuelle puis collective © Môm'artre

Le réseau Môm’artre s’étend

Depuis 2008, des antennes naissent petit à petit dans tout l’Hexagone. Un essaimage est en cours dans plusieurs arrondissements de Marseille, à Nantes et en région parisienne. En avril 2016, le réseau comptait dix antennes. A cela, s’ajoutent des projets transversaux, comme Môm’music en 2014 où deux compositeurs, François Nguyen et Thomas Pierron, ont pu faire découvrir aux enfants les étapes de conception d’un album. Du réseau Môm’artre a été créé Môm’Formation, qui forme au Brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) avec comme cœur pédagogique la pratique artistique. Tout au long de son développement, le réseau ne cesse d’étoffer ses services et démontre un réel dynamisme. La ville de Paris, l’enseigne Nivea contribuent activement au projet. Côté récompense, le réseau Môm’artre a été lauréat au concours « La France s’engage » en mars 2015, permettant de renforcer l’essaimage de cette belle initiative.

Article mis à jour le 18 avril 2017 à 12 h 00 min

Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr

Vous aimerez aussi...

Commentez cette bonne nouvelle