Des objets connectés pour la bonne cause

4 min de lecture

L’UNICEF, ARM et Frog lancent un concours pour développer des objets connectés afin d’améliorer le suivi sanitaire des populations dans les pays en voie de développement.

wearables_objet_connectes_lesgoodnews_1024pxDans l’optique d’améliorer le suivi médical de femmes enceintes et de jeunes enfants, l’Unicef, ARM et Frog se sont alliés pour lancer un concours de conception d’objets connectés. Ils s’appuient sur le concept T4D (Technology for Development). L’initiative “Wearables For Good” invite les designers, les développeurs et concepteurs en informatique, les investisseurs du monde entier à proposer des concepts d’objets connectés. Le terme “Wearables” dans le monde anglophone trouve difficilement une traduction francophone. On les décrit comme objets connectés, cela englobe pêle-mêle les bracelets, bagues, montres, bandeaux, appareils auditifs, lunettes. Mais cela se rapporte également à l’Internet des objets comme l’électroménager connecté. Dans le cadre de ce projet, il s’agit plus précisément d’informatique à porter sur soi.

Des partenaires influents

Logos des partenaires de wearables for good

Logos des partenaires de wearables for good

L’Unicef veut matérialiser son récent partenariat avec la société ARM au travers de cette initiative. La compagnie ARM est bien connue dans le monde des nouvelles technologies pour le développement de processeurs adaptés aux objets connectés. Cette société britannique travaillera au niveau des innovations Lab lancés par l’Unicef afin de donner aux projets nationaux une envergure mondiale. Dans le passé, ARM avait déjà participé ponctuellement  à quelques projets comme Edutrac, Simprint et Literacy Bridge.

Frog a été créée en Allemagne en 1969, a traversé l’Atlantique et installé ses bureaux à San Francisco en devenant Frogdesign en 1982 avant de finalement redevenir Frog en 2011. Dans les années 1980-90, la société fut connue pour avoir travaillé avec Apple, NeXT et Sun. La société apportera son savoir-faire et sa réputation en matière de design afin de porter ce projet. Elle a également conçu le manuel à destination des postulants au concours.

En quête d’une innovation 3.0

Enfant recevant des soins © Julien Harneis via Wikimedia Commons

Enfant recevant des soins © Julien Harneis via Wikimedia Commons

Le concours Wearables For Good souhaite fédérer le domaine du design et de l’informatique. Les objets qui seront proposés via ce concours doivent répondre à certaines règles fixées par l’Unicef : être résistants aux chocs et aux intempéries, avoir une capacité de charge suffisamment grande pour supporter de longue période de fonctionnement et être intuitifs. Ils devront aussi pouvoir s’adapter aux différents environnements et aux différentes communautés. Une innovation analogique de l’Unicef peut être prise en exemple : il s’agit du MUAC (Mid-Upper Arm Circumference), un bracelet pouvant mesurer le tour de bras des bébés. Cette simple innovation a permis de sauver de nombreuses vies par un diagnostic et une prise en charge plus rapide. Un atout des objets connectés sont leurs capteurs pouvant rendre compte en temps réel de l’état du porteur comme de son environnement proche.

Ces innovations pourraient répondre à quelques cas de figure : alerter les populations en cas de sinistres ; détecter les cas de convulsions, d’hypothermie ou de déshydratation sévère ; rappeler des consignes d’hygiène élémentaires ; surveiller l’alimentation des jeunes mères ; améliorer le suivi des nouveau-nés. En prenant en exemple la révolution de l’arrivée du téléphone portable qui a permis de désenclaver des populations, l’Unicef, ARM et Frog veulent faire entrer l’humanitaire dans cette nouvelle révolution de l’Internet, le web 3.0. Dix finalistes ont été sélectionnés vous pouvez les découvrir sur cette page leur étant dédiée. Les résultats de cet appel ont été rendus public le 12 novembre 2015. Les vainqueurs sont deux équipes indo-américaines.

  • Khushi Baby a développé un collier pouvant stocker l’ensemble des données de vaccination d’un nouveau-né pendant deux ans. Il peut lu et mis à jour, grâce à un smartphone, en utilisant la technologie NFC (Near Field Communication). Les données collectées sont consultables en ligne par les autorité médicales.
  • Soapen améliore l’hygiène des plus jeunes de façon ludique. A l’école, les enseignants dessinent des formes sur les mains à l’aide du Soapen, dessins que les enfants feront disparaître en les lavant.

Article mis à jour le 2 mai 2020 à 9 h 54 min


Vous avez aimé ❤ cette bonne nouvelle ? Alors offrez-moi un café ☕ ... et grâce à vous 😉 Lesgoodnews reste indépendant.


Dans un autre registre, voyagez loin, loin, loin avec ma saga Markind. ✨🚀📕📘⭐


Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr . Dans un autre registre, je suis auteur de science-fiction. Retrouvez aussi les romans de la saga Markind sur markind.fr .

Commentez cette bonne nouvelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.