Le métro montréalais aime le développement durable

2 min de lecture

Au Québec, à Montréal, la société de transport de Montréal opte pour le développement durable et l’approvisionnement responsable au niveau du choix de ses fournisseurs.

Tunnel de métro à Montréal © Flowizm Flickr

Tunnel de métro à Montréal © Flowizm Flickr

Depuis 1886, la Montréal City Passenger Railway Company, aujourd’hui connue sous le nom de société de transports de Montréal (STM), porte les passagers d’un bout à l’autre de la principale métropole de la province du Québec. Afin d’améliorer le quotidien de ses compatriotes, la société s’est dotée d’un plan de développement durable. Elle se pose pour objectif, à l’horizon 2020, de réaliser 90% de ses contrats avec ses fournisseurs, en favorisant les critères de développement durable et l’économie sociale.

Un comité dédié au développement durable

Pour ce faire, la STM a chargé un comité sur l’approvisionnement responsable de suivre ce projet en 2010. Des outils, des formations ont été dispensés auprès des équipes ayant un rôle dans l’approvisionnement et le contact avec les différents fournisseurs. Les différents processus contractuels de l’entreprise ont été décortiqués afin de faire ressortir les différents axes de progression. L’analyse du cycle de vie, l’éco-conception, le réemploi et la valorisation, le coût total de propriété, tous ces termes prennent leur importance lors des négociations avec les fournisseurs. Les risques environnementaux, éthiques et sociaux sont également pris en considération.

Entrée de métro parisien d'Hector Guimard à Square-Victoria station,l'intérieur des futures rames Azur, une rame MR-73 à Montmorency station, 2 MR-73 à Plamondon station, Céramique murale "Le poète dans l'univers" à Crémazie station. © Alexcaban via wikimedia

Entrée de métro parisien d’Hector Guimard à Square-Victoria station,l’intérieur des futures rames Azur, une rame MR-73 à Montmorency station, 2 MR-73 à Plamondon station, Céramique murale “Le poète dans l’univers” à Crémazie station. © Alexcaban via wikimedia

Des résultats visibles et le partage des outils

Le résultat est bien réel, les contrats en cours comprenant des critères de développement durable sont passés de 8 % à 21 % et leur valeur de 5 % à 60 %, entre 2011 et 2014. La STM a dépensé près de 200 millions d’euros en contrats comportant des critères de développement durable en 2013. Comble de bonheur, la société rend public ses outils concernant l’approvisionnement responsable. Deux documents sont disponibles sur leur site au format pdf : un guide des principes et mesures de l’approvisionnement responsable et un guide des certifications .

Un exemple à suivre

De par son rayonnement au Québec, cette société permet de donner un véritable élan au développement durable. La STM est lauréate du gala de reconnaissance en environnement et développement durable de Montréal dans la catégorie Entreprises et Institutions. Celui-ci récompense, depuis 2007, les projets novateurs et inspirants dans le domaine du développement durable. Le bilan 2014 de la STM en terme de développement durable est disponible via ce lien.

Article mis à jour le 23 mars 2020 à 11 h 29 min


Vous avez aimé ❤ cette bonne nouvelle ? Alors offrez-moi un café ☕ ... et grâce à vous 😉 Lesgoodnews reste indépendant.


Dans un autre registre, voyagez loin, loin, loin avec ma saga Markind. ✨🚀📕📘⭐


 

Votez pour cette bonne nouvelle

Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr . Dans un autre registre, je suis auteur de science-fiction. Retrouvez aussi les romans de la saga Markind sur markind.fr .

Commentez cette bonne nouvelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.