La Cagette, la coopération a super marché

8 min de lecture

En France, à Montpellier, le supermarché coopératif, participatif et à but non lucratif La Cagette propose une alternative à la grande distribution.

la cagette accueil logo © La Cagette

Changement des mentalités ou non, les habitudes de consommation changent. De plus en plus de foyers cherchent à s’alimenter plus sainement. La production locale et biologique trouve une clientèle grandissante ces dernières années. Plusieurs alternatives se développent pour produire dans le respect de la terre et des hommes. Les exemples d’initiatives pérennes s’accumulent comme Lesgoodnews ont pu le mettre en avant. Côté distribution, bien que plus de 70 % de la population française, en 2011, selon l’INSEE, fassent leurs emplettes en hypermarchés, supermarchés ou hard discount, des alternatives naissent un peu partout en France. On compte aujourd’hui plus d’une cinquantaine de supermarchés coopératifs s’inspirant des coopératives du début du siècle dernier. Afin de mieux connaître ce type d’alternative, Lesgoodnews dédie cet article à une association de sept adhérents qui s’était lancé comme défi de faire naître à Montpellier un supermarché collaboratif et participatif. Le projet s’est construit en s’inspirant de La Louve, à Paris, ou du Park Slope Food Coop aux États-Unis 🇺🇸 mis en lumière par le film 🎞 Food Coop de Tom Boothe. En juin 2017, la société coopérative La Cagette a ouvert son supermarché alternatif. Suite à une levée de fonds, elle a acquis le droit d’exploiter une ancienne surface commerciale de Montpellier au 19 avenue Clemenceau. Fin 2018, fort de ses 1 850 coopérateurs, La Cagette a réussi son pari et continue son oeuvre avec pour objectif d’offrir une alimentation saine et au juste prix à son public.

Coopération et engagement

La cagette caisses © La Cagette
Chacun est à la fois client, décideur et propriétaire du supermarché © La Cagette

Une des différences fondamentales tient dans le sentiment d’appartenance au supermarché. Ce dernier n’est pas détenu par un grand groupe ou une multinationale et ses actionnaires. En effet, tous les membres sont en possession au minimum d’une part du supermarché et dispose d’une voix. Ainsi, ils peuvent directement influer sur l’avenir du supermarché en restant au plus près des réalités. Du coup, l’angle de vue est différent du fait que chaque membre est propriétaire, décisionnaire et client. Chacun participe à sa façon et selon ses compétences au moins trois heures par mois. Et cela change beaucoup de choses : d’une part, le taux d’engagement est très fort. Et d’autre part, il se créé du lien social entre les différents coopérateurs. La Cagette se veut un lieu ouvert, sans discrimination. Il accueille toutes les bonnes volontés quels que soient les moyens ou les convictions des personnes. Pour faire tourner l’ensemble, bénévoles, membres et salariés se relaient au local de la société coopérative ou au supermarché. Les responsabilités sont partagées dans ce bel exemple d’auto-gestion collective où se mutualise les compétences. De même, ce modèle renforce le sentiment de citoyenneté. La Cagette se veut un lieu où règne une confiance mutuelle. Elle privilégie le consentement plutôt que le consensus via des relations équitables, égalitaires et réciproques. Alors que le vote exclut les perdants, la gestion par consentement inclus l’ensemble des participants en répondant à leurs objections légitimes. Ainsi, elle favorise l’autonomie de ses membres et valorise leur engagement. De plus, La Cagette souhaite être un lieu de transmission des savoirs en formant et informant ses coopérateurs. Pour devenir coopérateur, c’est simple, il suffit de se rendre au supermarché lors d’un événement dont la liste est disponible sur son site web.   

Une fabrique des possibles

Un coopérateur doit participer au moins trois heures par mois © La Cagette

A son ouverture, le supermarché proposait en 2017 plus de 800 références de produits. En 2018, La Cagette offre un choix de 2 500 références à ses coopérateurs. Les produits frais sont issus de l’agriculture biologique et de producteurs locaux ; on y trouve des produits éthiques et responsables mais pas seulement. Certains produits plus communs peuvent y être trouvés afin de répondre à un public plus élargi. Elle permet d’offrir un petit panel de produits du même type qui seraient peu ou pas disponible dans la grande distribution. Les prix peuvent être réduits de 15 % à 40 %, en comparaison de la grande distribution, renforçant l’attractivité du supermarché. Ainsi, les consommateurs peuvent adapter leur consommation selon leurs besoins et non plus en fonction du caractère vendable d’un produit. Les producteurs locaux peuvent aussi y trouver un point de distribution accueillant avec une clientèle régulière. La Cagette, en tant qu’acteur de l’économie sociale et solidaire (ESS), souhaite le développement en commun de filières transparentes et durables. Pour s’y approvisionner, il faut être membre. En consacrant trois heures par mois, les coopérateurs et coopératrices permettent de réaliser les trois quarts des tâches courantes pour faire fonctionner la structure. La Cagette soutient toute initiative similaire. Par cet essaimage, un maillage se forme en France. Plusieurs structures se connaissent, échangent, s’inspirent entre elles via intercoop en restant totalement autonomes dans leur mode de fonctionnement propre. Plusieurs projets de supermarchés coopératifs sont à différents niveaux de développement comme à Dieppe, Brest, Chambéry, Strasbourg, sans oublier les DOM-TOM avec la Réunion, la Martinique. 

lesgoodnews infographie la cagette © LESGOODNEWS 2018

La Cagette à suivre

Plusieurs gammes de produits sont proposées aux coopérateurs © La Cagette

Avec plus de deux cents membres à la création de la société coopérative, La Cagette compte plus de 1 850 coopérateurs au second semestre 2018. Pour 70 % de ces membres, le panier 🧺 moyen s’élève à 140 €. Cette forte progression démontre un véritable engouement se dessinant autour de ce supermarché alternatif qui approche en un an seulement son seuil de rentabilité. Ouvert le lundi de 14 h 🕑 à 21 h 🕘  et du mardi au samedi de 8 h 🕗 à 21 h 🕘, La Cagette accueille, conseille et invite à repenser son mode d’alimentation et de consommation. Pour parfaire son fonctionnement, La Cagette est à la recherche de bénévoles dans les domaines de la comptabilité, du juridique, de l’informatique, de l’achat et de la négociation. Cette initiative populaire pourrait être un bon candidat pour du mécénat de compétences comme celui proposé par KOEO, déjà cité dans Lesgoodnews. Côté soutiens, des acteurs locaux de l’économie sociale et solidaire ont permis la réalisation de ce projet. Comme le pôle REALIS de Montpellier qui a accompagné le développement de La Cagette. La société coopérative a reçu un soutien financier par l’Airdie, acteur de la finance solidaire en Occitanie. La Cagette tient à souligner un soutien actif des fonctionnaires du département dans la recherche et l’obtention de contrats aidés. Côté prix 🏆 le projet de La Cagette avait convaincu le jury de la YESS Académie en 2015.

Article modifié le 14 avril 2021 à 15 h 42 min

La Cagette, la coopération a super marché
5 soleils (100%) 2 vote[s]

Trophées Lesgoodnews

Cet article a été 1 mois le plus lu.

décembre 2018


Vous avez aimé ❤ cette bonne nouvelle ? Alors offrez-moi un café ☕ ... et grâce à vous 😉 Lesgoodnews reste indépendant.


Dans un autre registre, voyagez loin, loin, loin avec ma saga Markind. ✨🚀📕📘⭐


Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr . Dans un autre registre, je suis auteur de science-fiction. Retrouvez aussi les romans de la saga Markind sur markind.fr .

Commentez cette bonne nouvelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.