IonWatt se charge du renouvelable

3 min de lecture

A Rennes, IonWatt une start-up française utilise une batterie innovante dans le but de stocker l’électricité produite par les énergies renouvelables.

ionwatt_cover_2La part de production d’électricité issue des énergies renouvelables telles que le photovoltaïque, l’éolien ne cessent d’augmenter en France et dans le monde. Cette source de production d’énergie électrique n’est pas constante et dépend des aléas climatiques. De ce constat résulte la nécessité de stocker l’énergie produite afin d’assurer une livraison constante aux consommateurs. Les batteries sont une solution à ce problème. Les obstacles sont de taille, car celles-ci utilisent des composés chimiques toxiques et dangereux, mais aussi des ressources rares et onéreuses. De plus, l’énergie électrique ainsi stockée souffre d’une déperdition importante.

ionwatt

De gauche à droite: Florence Geneste, François Huber, Didier Floner © IONWATT

La société rennaise IonWatt, voit le jour durant l’été 2014. François Huber, président et co-fondateur, est secondé par Didier Floner, inventeur de la technologie et de Florence Geneste chargée de recherche au CNRS. Cette innovation est le fruit des recherches de l’université de Rennes 1 et de l’institut des sciences chimiques de Rennes (ISCR). Elle innove en réduisant les coûts de fabrication et la déperdition d’énergie des batteries.

Une innovation clé

La technologie des batteries baptisées BATELECCIR utilisée par IonWatt est basée sur le principe des électrolytes circulants, aussi appelé flux redox ou redox-flow. Elles conservent jusqu’à 10 Mégawatts, sans danger, et ce sans déperdition pendant quelques heures. De quoi assurer la livraison de l’électricité de façon constante, en cas de baisse de production ou de stocker l’énergie lorsque la demande est plus faible que la production. L’innovation apportée se situe à plusieurs niveaux, l’électrode poreuse métallisée à propriété catalytique développée est à haut rendement et l’électrolyte organo-métallique se produit à partir de ressources peu toxiques et abondantes telles que la biomasse le tout dans des milieux beaucoup moins acide.

Schéma de fonctionnement d'une batterie de type redox-flow

Schéma de fonctionnement d’une batterie de type redox-flow

L’enjeu est de taille, car il optimise la production d’énergie issue de technologies renouvelables et ce quelle que soit leur implantation mondiale. En réduisant les coûts de production et de maintenance de ces batteries, IonWatt favorise l’implantation des énergies renouvelables intermittentes. Des brevets ont d’ores et déjà été déposés afin de protéger cette innovation.

Afin de développer un prototype, la SATT Ouest Valorisation a investi 800 000 euros. IonWatt et ses équipes ont reçu plusieurs distinctions dont, en 2015, Le trophée Crisalide récompensant un projet innovant et favorisant l’économie verte. En février 2016, IonWatt devient KemWATT et a levé près de 1,2 millions d’euros dans l’optique d’industrialiser leur innovation en Europe et en Amérique du Nord.

Article mis à jour le 23 mars 2020 à 14 h 38 min


Vous avez aimé ❤ cette bonne nouvelle ? Alors offrez-moi un café ☕ ... et grâce à vous 😉 Lesgoodnews reste indépendant.


Dans un autre registre, voyagez loin, loin, loin avec ma saga Markind. ✨🚀📕📘⭐


 

Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr . Dans un autre registre, je suis auteur de science-fiction. Retrouvez aussi les romans de la saga Markind sur markind.fr .

1 réponse

  1. Stefanik Edouard dit :

    C’est bien sûr là l’avenir …..on pourrait aussi stocker l’énergie par des moyens mécaniques complémentaires, comme principe du ressort de l’horloge, ou de l’ air comprimé, puis transformé en air liquide à force de compression….

Commentez cette bonne nouvelle

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.