Le maraîchage social du réseau Cocagne

5 min de lecture

En France, le réseau Cocagne œuvre, via ses jardins, pour l’insertion sociale par le maraîchage biologique en circuit court.

cocagne lesgoodnews coverCombattre l’exclusion, où qu’elle soit, en milieu rural ou urbain, tout en proposant des produits issus d’un maraîchage biologique, c’est le pari qui a été initié en 1991, dans le département du Doubs, à Chalezeule, par le premier jardin de Cocagne. En 2016, force est de constater que cette initiative avait de l’avenir. Car le réseau Cocagne compte plus de 126 structures, dont 108 jardins de Cocagne, et est devenu un des plus gros maraîchers d’agriculture biologique en circuit court de France. De fait, Jean-Guy Henckel, directeur national du réseau Cocagne, peut s’appuyer sur près de neuf cents salariés permanents et plus de mille huit cent bénévoles pour gérer plus de quatre mille personnes en contrat d’insertion et plus de vingt mille familles d’adhérents et consommateurs. Notamment, ces dernières peuvent savourer jusqu’à une centaine de variétés de légumes de qualité et socialement responsables, via les paniers auxquels elles ont souscrit,  et ce toute l’année.

Pas le temps de tout lire ? Découvrez cette initiative en 1 minute

La culture de l’insertion

cocagne-credits-photos_christophe-goussard_jardin-de-couzeix_limousin-opt

Le jardin de couzeix dans le limousin © christophe goussard

Le réseau Cocagne promeut l’insertion sociale par le retour au travail de chômeurs de longue durée, de personnes sans ou à très faibles revenus, sans domicile et toute autre personne exclue professionnellement. Ainsi, les chantiers d’insertion se réalisent au travers des différents jardins de Cocagne répartis en France. Une relation de confiance se noue progressivement entre les accompagnateurs et les personnes en difficulté. Par l’intermédiaire d’outils d’évaluation, communs à l’ensemble des jardins de Cocagne, les accompagnateurs valident le projet de la personne accompagnée par l’obtention d’une attestation de compétences. En parallèle, le réseau vise à professionnaliser et à former les équipes encadrantes. Ces actions permettent de rétablir du lien social avec les personnes en difficulté. En somme, les partenariats tissés avec des entreprises, la filière agricole et les collectivités locales permettent de renforcer l’impact de l’insertion via les jardins de Cocagne. Au final, la moitié des personnes en difficulté retrouvent une stabilité soit par un contrat à durée indéterminée, soit par une formation.

lesgoodnews-reseaucocagne-impact © lesgoodnews 2016

Un essaimage efficace

cocagne-dandelion-463928_1280-optDu chemin a été parcouru depuis 1991, année de création du premier jardin de Cocagne. En effet, le nombre de structures n’a cessé de croître au fil des années en passant à 20 jardins en 1996 à 50 en 1999 pour arriver à plus de 120 en 2016. En 1999, le réseau est fondé et obtient une envergure nationale. Via ce maillage territorial, les porteurs de projet de futurs jardins de Cocagne sont accompagnés et soutenus afin de pérenniser leur installation. Tous les deux ans, le forum national des jardins de Cocagne est l’occasion d’harmoniser le tout et de définir de nouveaux objectifs. De plus, le réseau Cocagne diffuse son savoir en mettant à disposition de la documentation, propose une aide au financement, fournit de l’assistance technique et offre son parrainage. Par ailleurs, les jardins de Cocagne s’exportent même au-delà des frontières françaises avec l’ouverture d’un premier chantier d’insertion, au Nord de Bucarest, en Roumanie.

  • Jardin de Thaon-les-Vosges © Christophe Goussard
    Jardin de Thaon-les-Vosges © Christophe Goussard
  • Préparation des légumes au Jardin de Couzeix dans le Limousin © Christophe Goussard
    Préparation des légumes au Jardin de Couzeix dans le Limousin © Christophe Goussard
  • Travail sous serre au Jardin de Couzeix dans le Limousin © Christophe Goussard
    Travail sous serre au Jardin de Couzeix dans le Limousin © Christophe Goussard
  • Des légumes sains et socialement responsables avec le réseau Cocagne © Henri Pol
    Des légumes sains et socialement responsables avec le réseau Cocagne © Henri Pol
  • Devenir consomm'acteur avec les paniers de légumes du réseau Cocagne © Les potagers du Garon
    Devenir consomm'acteur avec les paniers de légumes du réseau Cocagne © Les potagers du Garon

Un réseau Cocagne ambitieux

cocagne_potager_1280-optL’impact de ce réseau est notable, car il est devenu une des plus importantes exploitations maraîchères biologiques de France avec 580 hectares cultivés en bio. En outre, le réseau se diversifie avec Fleurs de Cocagne, proposant des paniers de fleurs issues de l’agriculture biologique, Tables de Cocagne proposant l’insertion professionnelle via la restauration avec comme source la production maraîchère du réseau, Cocagne innovation au travers de systèmes légumiers à destination de la restauration collective et de la Maison Cocagne. Cette dernière doit, à l’horizon 2017, accueillir le site national du réseau Cocagne sur le site de Vauhallan, dans le département de l’Essonne, sur les terres acquises auprès des sœurs bénédictines de l’abbaye Saint-Louis du Temple. Sur plus de dix-huit hectares sera créé le jardin de Cocagne du Limon. Cet immense jardin sera dévolu en partie à la formation, à la recherche et au développement. De surcroît, les bâtiments jouxtant le jardin hébergeront un centre de formation et les équipes d’encadrement.

Une initiative exemplaire

Jean-guy Henckel lors du 15ème forum du réseau cocagne à Dinan © réseau Cocagne

Jean-guy Henckel lors du 15ème forum du réseau cocagne à Dinan © réseau Cocagne

Dans l’ensemble, ce réseau s’inscrit pleinement dans l’économie sociale et solidaire (ESS). Depuis 2014, Le réseau Cocagne développe également un outil de financement solidaire, Cocagne Investissement, afin de soutenir des projets à fort impact social et environnemental menés par les jardins. Il peut également s’appuyer sur plus de 20 000 familles adhérentes. Initialement soutenu, lors de la création des premiers jardins, par Dominique Voynet, alors ministre de l’Environnement, par la Fondation de France et par Carrefour Solidarité, le réseau compte, aujourd’hui, de nombreux partenaires publics et privés. De même, des actions en lien avec les jardins de Cocagne sont disponibles sur la plateforme collaborative Koom, déjà citée dans Lesgoodnews. Côté récompenses, le réseau Cocagne a remporté le concours la France s’engage en septembre 2016 et va bénéficier d’un accompagnement privilégié sur trois ans. En décembre 2016, le réseau a été récompensé lors des trophées du Fonds Social Européen (FSE) dans la catégorie développement durable.

Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr

Vous aimerez aussi...

Commentez cette bonne nouvelle