OTEC, l’énergie vernienne

3 min de lecture

À Hawaï, la technologie OTEC vise à produire de l’énergie à partir de la différence de température de l’eau de mer à des profondeurs distinctes.

OTECBordé par 11000 km² d’eaux chaudes du Pacifique, l’archipel d’Hawaï compte bien tirer parti de cette situation exceptionnelle pour subvenir à ses besoins énergétiques et entamer une transition verte. En 2015, la technologie Ocean Thermal Energy Conversion (OTEC), appelée aussi énergie hydrothermale, vient de passer une étape importante dans sa phase de production à grande échelle avec l’inauguration de la plus grande centrale de ce type. La technologie est développée par la Natural Energy Laboratory of Hawaii Authority (NELHA) depuis les années 70. La société Makai a conçu leur première centrale à but commercial qui viendra s’ajouter aux autres centrales de l’Hawaï Ocean Science & Technology (HOST) fournissant l’électricité verte consommée sur cette zone de l’archipel. L’énergie thermique des mers a un potentiel de production électrique immense et pourrait couvrir quatre fois les besoins de l’humanité en électricité.

Pas le temps de tout lire ? Découvrez en 1 minute cette innovation

Inspiré de Jules Verne

La salle des machines du Nautilus.

La salle des machines du Nautilus.

La production d’énergie est la résultante de la différence de température entre les eaux de mers superficielles et les eaux de mer profondes. En 1869, Jules Verne imagine une technologie en tirant profit.

Oui, monsieur le professeur, et les moyens ne me manquaient pas. J’aurais pu, en effet, en établissant un circuit entre des fils plongés à différentes profondeurs, obtenir l’électricité par la diversité de températures qu’ils éprouvaient.

Extrait de : Verne, Jules. « 20000 Lieues Sous Les Mers »

Arsène Arsenval, physicien français, lui donnera ses fondements scientifiques en 1880. Au début du XXème siècle, un premier prototype verra le jour en Belgique. Puis d’autres, à travers le monde. Ce sera à Hawaï, dans les années 70, que les prototypes de plus grande ampleur feront leur apparition sous la supervision des équipes du Natural Energy Laboratory of Hawaii Authority (NELHA).

OTEC_temperature_oceans_opt

Différence de températures des océans entre la surface et 1000 m de profondeur

Offshore ou Onshore

Schéma de production d'une centrale à technologie OTEC

Schéma de production d’une centrale à technologie OTEC

Les centrales électriques à technologie OTEC peuvent être implantées en mer (Offshore) ou sur terre (Onshore). L’implantation en mer permet une plus grande capacité de production et ne vient pas concurrencer d’autres installations terrestres. L’implantation doit s’effectuer dans les zones subtropicales, où l’on trouve des eaux de surface à 25°C et une profondeur optimale de 1000 mètres pour puiser l’eau froide à 5°C. Selon la société Makai, une centrale OTEC Offshore permettrait d’économiser l’équivalent de plus d’un million de barils de pétrole par an, avec un coût de production du kWh se situe aux alentours de 0,20$. Cette technologie éviterait le rejet de 500000 tonnes de CO2 par an soit l’équivalent de 100000 voitures. L’implantation de 12 centrales offshore OTEC de 100 MW pourrait couvrir les besoins énergétiques des 1,4 millions d’Hawaïens. De plus faible puissance, une centrale Onshore de 100 kW pourra alimenter 120 foyers. Autres avantages, la production d’énergie électrique est constante et ne nécessite pas de stockage et l’eau froide peut être utilisée dans le cadre de la climatisation des bâtiments.

Article mis à jour le 17 avril 2017 à 7 h 53 min

Philippe RUAUDEL

C'est avec plaisir que je partage avec vous des initiatives inspirantes, des innovations enthousiasmantes en tant que blogueur et créateur du site lesgoodnews.fr

Vous aimerez aussi...

Commentez cette bonne nouvelle